Le libertinage… trop de liberté tue t’elle la liberté?

Avant de traiter ce sujet qui nous a été donné dans le cadre de l’épisode 5 de la saison 5 de The blog contest, j’ai du consulter des dictionnaires pour savoir ce qu’il en était. Et ainsi, le fameux Larousse nous définit le libertin en deux temps. Il s’agit en premier lieu de celui qui mène une vie qualifiée de dissolue et a des mœurs très libres, en tout temps donc. Et ensuite, au XVIIème siècle, était qualifié de libertin, « celui qui manifestait son indépendance d’esprit par rapport aux enseignements du christianisme et qui refusait toute soumission à l’Église ». L’Encyclopédie Larousse nous donne aussi un long texte expliquant le mouvement lié au libertinage au XVIIème et XVIIIème siècle

Mais une fois ces définitions et explications lues, je me suis rendue compte que j’ai fais plusieurs erreurs. Tout d’abord, j’ai fais l’erreur de penser que m’imprégner du terme le jour même où il faut rendre les copies c’était possible. Ensuite, j’ai mal évalué le fait qu’évoquer Dorian Gray Christian Grey et ses fouets et séances allait de soi, alors que je n’ai pas lu les livres qui évoquent ce monsieur ni vu les films qui ont été tirés des premiers! Et enfin, ma dernière erreur était de croire que les sites qui pullulent sur internet qui parle de rencontres libertines allait expliquer ce qu’il en était.

Mask (Eyes wide shut) Marcel Oosterwijk (cc)

Ainsi, il me reste quelques heures avant que le 20 du mois ne finisse et dans le règlement c’était écrit que les textes devaient être rendus le 20 donc… je me retrouve un peu bête à chercher et à m’inspirer d’un monde que je ne connais pas et d’un comportement que je ne maîtrise pas. Et puis, je me suis dite « ne décevons pas les lecteurs qui n’attendaient que le 20 pour se délecter de nos écrits, même si peu faisaient des retours sur les miens en particulier« .

Notre époque actuelle a besoin de libertins, des vrais. Je ne parle pas de ces dames et messieurs qui se proclament libertins parce que c’est le terme à la mode et qu’il fait bon de jouir lors de ces moments volés dans les « love hotel » et à l’insu du conjoint ou de la conjointe officiel(le). Je ne parle pas non plus de ces prédateurs sexuels qui cherchent dans les sites de rencontres des proies faciles et naïves qui espèrent rencontrer un certain Dorian Christian.

Non, je parle des gens qui ont vraiment cette mode de vie d’être libres et qui ne se conforment pas à la marche considérée comme normale de la « vie d’adulte ». Je parle de ces personnes qui ne se marient pas sitôt les études finies ou sitôt les quelques mois de flirt avec untel célébrés. Je parle de ces personnes qui osent dire non à la pression sociale et qui ne rentrent pas dans les rangs sous prétexte que le compteur de petits copains ou de petites copines est déjà particulièrement long. Je parle de ces couples qui ne font pas de bébés ni la première, ni la troisième année de mariage mais apprennent à se connaître, à profiter de la vie à deux, à se profiter au maximum avant de rajouter une ou plusieurs vies en plus à leurs vies. Je parle aussi de ces personnes qui ont suffisamment de foi pour ne pas se sentir obligés de suivre aveuglément et à la lettre ce que dit l’église et ses préposés. De ces personnes qui se sentent libres de vivre leur vie sans cette épée de Damoclès faite de chaleur, d’enfer et de damnation. On a besoin de ces personnes qui nous laissent vivre notre vie sans essayer de nous convertir, de nous dire qu’il nous faut nous ranger et « grandir ».

En définitive, le libertin, dans son sens premier n’est ce pas celui qui vit pleinement sa vie selon ses propres règles et ses propres désirs ? Quel mal y a t’il alors à vouloir jouir de sa liberté de toutes ses forces, selon son bon vouloir et avec tout son corps ?

Freedom – There is a time for everything and everything has a place Lauren McKinnon (cc)

 

The following two tabs change content below.
Ianjatiana
De Madagascar, d'ici et d'ailleurs. La lecture et l'écriture me passionnent, tout autant que la photographie et le cinéma. Je suis une éternelle curieuse. Je cherche mon chemin et il me semble avoir vécu plusieurs vies dans une seule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.