Un pas après l’autre…

Avant de savoir courir, il faut apprendre à marcher dit-on…et pour marcher il faut faire un pas après l’autre.

 

chaînehumaine

#RIPJiro #RIPRano /Jiro = électricité  Rano = eau

Parce que les fournitures de l’eau et de l’électricité deviennent de plus en plus aléatoires à Madagascar, alors que le paiement des factures exorbitantes reste obligatoire, Wake Up Madagascar (dont le but principal est de remettre le citoyen au coeur de la vie nationale) a organisé, le samedi 6 décembre 2014, une chaîne humaine pour réveiller les consciences et demander aux autorités politiques de se pencher sur ce problème. Mais une idée aussi simple que de se prendre la main et de rester debout pour manifester son mécontentement, son désespoir est trop simple pour certaines personnes pour ne pas susciter des questions (théorie du complot quand tu nous tiens!) ou des critiques (théories du yaka = il n’y a qu’à, du si au moins…!).

 

Chaîne humaine

Ce mouvement a d’abord intrigué les autorités. Quelques jours plutôt, elles ont déjà fait savoir qu’aucune manifestation ne sera autorisée et qu’il y aurait des éléments des forces de l’ordre. Promesse tenue : une importante armada est venue ce samedi matin là pour encadrer le mouvement et éviter les débordements…

Puis il a rencontré l’incrédulité d’une certaine partie de l’opinion publique. L’on se demandait si les organisateurs avaient sérieusement envisagé de contester ce problème récurrent et rien que ce problème de délestage et de coupure d’eau, sans arrière pensée politique, sans manoeuvre politicienne. Chat échaudé craignant l’eau froide, la population qui a toujours été manipulée se pose la question de savoir à quelle sauce elle va encore être mangée par des politiciens véreux.

Et enfin, ce mouvement a essayé les critiques des sceptiques (est ce qu’une chaîne humaine va vraiment faire peur aux dirigeants?), les yaka des grands théoriciens (avant de parler de ces coupures, n’y a t’il pas d’autres problèmes prioritaires?), et les commentaires désabusés de certains journalistes.

 

Anosy1

Face à tant de scepticisme, d’incrédulité, et parfois d’incompréhension, il est peut être temps de rappeler que l’on ne peut avancer qu’en faisant un pas après l’autre. Il est utile de chercher des moyens, certes simples voire simplets selon certains points de vue, pour exprimer son ras-le-bol devant les autorités étatiques sans en venir à la violence. La destruction des biens (des personnes excédées ont fini par attaquer un bureau régional de la compagnie qui est chargée de veiller à la fourniture de l’eau et de l’électricité), les sacrifices humains (dans une affaire où des employés ont demandé une hausse de salaires, la situation a dégénéré et entraîné la mort de plusieurs personnes) n’aboutissent pas à la résolution des problèmes, mais au contraire laissent une situation encore plus difficile à gérer.

Anosy4

Il est facile de détruire mais malheureusement, la reconstruction, la remise en marche de ce qui était, tardent quand elles ne sont pas juste inexistantes. C’est la raison pour laquelle un mouvement tel qu’initié par Wake Up Madagascar est plus approprié : le citoyen a pu s’exprimer, le message passe, il n’y a pas de casse pour autant. Et certains frémissements constatés dans certaines sphères les jours précédents et le jour même peuvent faire croire que oui, ça valait la peine.

Anosy3

Il vaut mieux faire un pas après l’autre pour savoir marcher, et pour changer la façon dont le citoyen s’approprie la vie de la Nation, il ne faut pas croire qu’un mouvement violent va tout révolutionner du jour au lendemain, il faut de la patience, des idées, et surtout du courage!

*Mise à jour du 23 décembre 2014* : une manifestation contre le délestage a dégénéré à Tamatave (une ville de la côte est de Madagascar) et a fait un mort, plusieurs blessés et plusieurs casses….

Et vous, êtes-vous engagé dans un mouvement citoyen?

 

Anosy2

*Les photos sont issues de la page Facebook de Wake Up Madagascar, et ont reçu leur autorisation pour illustrer cet article.

The following two tabs change content below.
Ianjatiana
De Madagascar, d'ici et d'ailleurs. La lecture et l'écriture me passionnent, tout autant que la photographie et le cinéma. Je suis une éternelle curieuse. Je cherche mon chemin et il me semble avoir vécu plusieurs vies dans une seule.

Une réflexion au sujet de « Un pas après l’autre… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.