Blogueuse sur Mondoblog, et alors ? #MondoChallenge

Depuis que je suis sur Mondoblog, je me sens moins seule…

Moins seule dans mon désir d’écriture et dans mon amour des mots.

Quand on prend la décision de tenir un blog, c’est souvent parce qu’on a ce plaisir d’écrire, de lire et d’avoir des retours de lecteurs qui ne se trouvent pas forcément dans le même pays que nous, ni même sous les mêmes tropiques. Mais ce plaisir est souvent solitaire. On couche nos mots, on lance l’article dans l’océan de la Toile et on attend le(s) commentaire(s) d’éventuels lecteurs. On peut même parfois se demander si c’est bien raisonnable de lancer nos pensées, nos mots comme cela, sans balise, à vue…

En ayant intégré Mondoblog, je me suis sentie moins seule. J’ai trouvé mes compères dans ce vaste monde du blogging. J’ai appris à lire leurs articles, à découvrir leurs différents styles d’écriture mais aussi à sentir cet amour des mots qui anime chacun(e) des mondoblogueurs(euses). J’ai constaté par la suite, en voyant ces blogueurs qui publiaient romans et recueils de poèmes, qu’on pouvait même coucher sur papier, dans un livre, ces mots. Ajouté à tout cela, le fait de les connaître un peu plus qu’à travers les blogs, grâce notamment à la formation Mondoblog à Tanà, est un délice. Comme lorsqu’on intègre un groupe secret au lycée.

Depuis que je suis sur Mondoblog, je me sens moins unique…

Moins unique dans mes préoccupations et problèmes, moins exceptionnelle dans mes réalisations.

Quand on commence à lire et à s’abonner aux articles des uns et des autres, on se rend compte que l’on a à peu près toutes et tous les mêmes préoccupations et les mêmes problèmes. Les histoires et déceptions amoureuses, les attentes et les espoirs. Que l’on soit à Tana, à Montpellier, à Dakar ou ailleurs, nous avons toutes et tous les mêmes questions et attendons les mêmes réponses. Au niveau politique, on remarque qu’on a toutes et tous cette petite flamme : celle qui nous pousse à être acteur du changement (du moins virtuellement).

Si je n’avais pas eu un blog, j’aurai sûrement pris une machine à écrire – Pixabay

Depuis que je suis sur Mondoblog, je me pose de sérieuses questions sur ce que je fais et sur l’impact réel que j’ai sur la vie des autres… sur le monde (oui oui). Il y a une telle diversité de talents, de projets que l’on se remet constamment en question et que l’on est dans l’admiration sans pour autant sombrer dans l’envie ni la jalousie.

Pour conclure, depuis que je suis sur Mondoblog, je vis une aventure que je n’aurai jamais pu vivre autrement. Je rencontre des jeunes du monde entier avec qui je suis souvent en contact. Je vis pleinement la mondialisation.

Mais même si je suis sur Mondoblog, je n’ai pas changé pour autant.

J’ai du mal quand on corrige mes articles et quand on change mes mots. Je n’ai pas toujours saisi le moyen le plus efficace de tourner les feux rouges en feux verts dans l’analyse SEO. J’ai toujours un pincement quand mon article n’est pas à la une. J’ai depuis longtemps le projet de rafraîchir le blog et de lui donner un nouveau souffle, mais cela n’arrive jamais. Et même sur Mondoblog, je me pose toujours des questions existentielles sur ma qualité d’écriture quand mes articles ne sont ni partagés ni commentés.

Cet article a été publié dans le cadre du #Mondochallenge du moment sur le sujet « Depuis que je suis sur Mondoblog… », vous pouvez apprécier ceux des deux autres mondoblogueuses qui ont accepté de relever le challenge :

Pour rejoindre Mondoblog, c’est maintenant…

Le concours pour faire partie de la 6ème saison de Mondoblog est ouvert depuis le 1er mars et si vous voulez « prendre la parole« , n’hésitez pas une seconde, participez!

Pourquoi tenir un blog ?

Vous trouvez qu’exprimer une idée en 140 caractères n’est pas suffisant ? qu’un statut Facebook n’est pas assez pérenne ni spacieux pour argumenter ? qu’une discussion entre potes ne porte pas assez loin ? Pourquoi pas tenter le blog ?

En effet, le blog est un espace de liberté qui vous est personnel, que vous aurez créé à votre image, selon vos goûts, et que vous alimenterez selon vos envies et possibilités.

Néanmoins, cette liberté du blogueur n’est pas sans limite, vous aurez à respecter une charte. Ce n’est pas de la censure. Comme vous allez pouvoir diffuser librement des informations et des idées sur Internet, en contrepartie, il vous sera demandé de faire en sorte que votre blog soit responsable, respectueux et constructif.

Pourquoi rejoindre Mondoblog ?

Mondoblog est une plateforme de blogs comme il en existe plusieurs sur Internet. Néanmoins, elle regroupe des centaines de blogs francophones sur tous les continents.

Le format des blogs n’est pas imposé sur Mondoblog. Vous n’êtes pas obligé de faire un blog écrit. Si vous vous sentez plus à l’aise avec les caricatures ou le dessin, c’est possible… si vous voulez faire des vidéos, c’est accepté et enfin si vous aimez plutôt enregistrer les sons, ce ne sera pas refusé.

En plus, vous avez la liberté de choisir la thématique de votre blog. Il n’y a aucun sujet imposé ni aucune orientation obligée. De temps en temps, on a un Mondochallenge, entre mondoblogueurs (euses), sur un sujet donné mais la participation n’est pas obligatoire. Donc, que vous voulez parler de vos humeurs, de votre quartier, de votre pays, de voyages, de métier, de films, de politique, de l’environnement, de cuisine…vous êtes seul maître à bord. Il faut juste vous souvenir que sur la plateforme, le blog ne peut pas être créé à des fins commerciales ou publicitaires.

Il ne faut pas avoir peur du côté « technique » de la chose. Vous allez être aidé et formé pour tenir et embellir votre blog. La formation se fait tout le long de l’année sur Mondoblog : les anciens sont là pour vous aider, il y a aussi des tutoriels qui sont souvent publiés (du plus basique au plus compliqué).

Pour conclure, si vous voulez rejoindre la grande famille Mondoblog, c’est maintenant que ça se passe! Vous avez jusqu’au 31 mars 2017. Si vous ratez le coche, il faudra patienter une année!

Vous verrez, Mondoblog c’est une grande  aventure avec une équipe de choc, des mondoblogueuses et des mondoblogueurs de tous les horizons qui ne vous feront pas regretter d’avoir postulé! Comme raconté ici, il y a de vrais avantages à intégrer Mondoblog, alors affûtez vos crayons, nettoyez vos claviers, faites vos repérages.. et participez ici ! (vous avez jusqu’au 31 mars 2017…)

Admirer Tananarive grâce à MondoTana

Ce fut un voyage riche de mille échanges, émaillé de mille histoires et déclarations dans le bus de la joie, parfumé de mille senteurs, teinté de mille couleurs…dans la Ville des milles*!

*Antananarivo signifie latéralement la Ville des milles (arivo = mille, tanana = ville). Sa devise c’est « ny arivo lahy tsy maty indray andro » = un millier d’hommes ne meurent pas en un seul jour. Vous pouvez même connaître l’histoire de ces milles soldats ici!

Après cette petite leçon de malgache, je reviens vous raconter ce voyage qui m’a permis d’une part de participer à la formation annuelle Mondoblog, et d’autre part de revoir Tanà.

Participer à la formation Mondoblog à Tananarive (MondoTana)

Je n’ai jamais pensé pouvoir avoir la chance de revoir Tananarive, surtout en cette période de fin d’année. Mais heureusement j’ai été sélectionnée pour suivre la formation Mondoblog de cette année 2016, qui s’est tenue parallèlement au Sommet de la Francophonie. D’ailleurs, vous pouvez relire une grande partie des articles écrits par les Mondoblogueuses et les Mondoblogueurs sur ce Sommet : « La Francophonie vue par les francophones« .

Groufie avec François Hollande : oui la formation nous avait permis de rencontrer le Président français en exercice pendant le Sommet de la Francophonie et aussi de lui poser quelques questions.

La formation Mondoblog c’est un tourbillon qui vous emporte pendant plusieurs jours et qui ne vous laisse pas indemne. Elle vous donne l’occasion de rencontrer des jeunes blogueurs de plusieurs coins du monde et ils n’ont de jeunes que l’âge. Ces Mondoblogueuses (eurs) ont des projets, un optimisme et un enthousiasme qui ne peuvent qu’inspirer. Leur vision de la vie et de l’avenir vous change du pessimisme et du défaitisme ambiant. C’était un moment unique dans ma plus ou moins courte vie numérique! En effet, bien qu’ayant déjà eu plusieurs blogs, je ne me suis jamais sentie aussi « part » de quelque chose de plus grand qu’en étant chez Mondoblog!

Avec toutes ces rencontres enrichissantes, la formation était aussi l’occasion de s’outiller au niveau technique et que pourrais-je dire, sinon que ça ouvre d’autres perspectives pour mieux vivre sa vie de Mondoblogueur. Participer à MondoTana était un des meilleurs cadeaux de 2016, et c’était aussi l’occasion de revoir Tanà (Antananarivo) et même de le voir à travers les yeux « des autres ».

Revoir Tananarive.

Tananarive ou Antananarivo ou Tanà (pour les intimes et pour Henri Ratsimbazafy, un crooner malgache qui chante ici son amour pour cette ville) est la capitale de Madagascar. J’ai grandi à Tanà mais je dois reconnaître que j’ai pu en apprécier certaines particularités, et celles de Madagascar, en ayant été avec les « vahiny** » de MondoTana.

Et donc, pour commencer, tellement j’ai pris l’habitude d’y vivre que je n’ai plus remarqué que la ville était construite sur des collines et que dans certains quartiers, il y avait une architecture particulière. Cette architecture dite « tranogasy*** » tend pourtant à disparaître du paysage pour faire place à ces bâtiments hauts, sans style, sans âmes et sans charme, sauf peut être leurs couleurs? Valoriser ce patrimoine culturel de la capitale est pourtant l’une des solutions pour y favoriser le tourisme et pour que Tanà ne soit plus juste la ville de l’aéroport international.

Ensuite, revoir Tanà en fin d’année c’est aussi voir les arbres en fleurs et en avoir les senteurs.

Entre les jacarandas et les frangipaniers en fleurs, c’est un régal pour les yeux et une douceur pour l’odorat!

Et enfin, revoir Mada en fin d’année c’est goûter aux fruits de saison! Tandis que chaque fin d’année là où je suis, je languissais de ne pas manger de litchis, de mangue de Madagascar, je me suis rendue compte que ces fruits n’existaient pas partout et que tout le monde n’était pas rempli de joie en les voyant. (Je passe sous silence l’épisode bobo ventre généralisé…)

Un des seuls regrets était la période bobo-ventre qui nous a empêché de faire découvrir la vraie gastronomie malgache à la MondoTana. Parce que oui, nous les Malgaches on mange le zébu, des « zébuvores » mais il y avait mille et une façons de le cuisiner et celui du « varanga » est particulièrement succulent.

Varanga avec du rougail et bien sûr du riz! 😉

Pour finir, MondoTana était une très belle occasion pour vivre mon appartenance à Mondoblog et ressentir cette fraternité et cet enthousiasme des Mondoblogueuses et des Mondoblogueurs. Et ce voyage m’a aussi permise de voir mon pays à travers le regard des autres, ce qui est quelque part intéressant, îliens que nous sommes! 😀

**vahiny : mot malgache qui signifie étrangers mais dans ce contexte, je prend sa deuxième signification : invités.

***tranogasy : trano = maison, maison traditionnelle malgache.