Accidents, destin et Vie à Madagascar

Ils étaient partis joyeux… ils ne sont jamais arrivés à destination à cause d’un accident!

Il y a quelques jours, un accident de car faisait plusieurs morts à Ankazobe, à quelques kilomètres de la capitale, sur la RN4 à Madagascar. Le car surchargé et pas vraiment en état de faire le long voyage prévu (la destination se trouvait à 550 km) s’est trouvé en difficulté au niveau d’une montée, a fait plusieurs tonneaux avant de s’embraser fauchant plusieurs vies, ravageant des centaines de vie de familles, brisant l’avenir de jeunes et blessant l’âme de tout un pays. Un dernier bilan fait état d’une trentaine de morts et d’une centaine de blessés.

Cet accident n’était malheureusement pas unique. Ce même jour, un taxi-brousse (un mode de transport en commun inter-urbain ou régional) transportant des voyageurs a fait un autre accident, sur une autre route nationale malgache, plus de peur que de mal. Et dans la capitale, toujours ce même jour, un taxi-be (un mode de transport en commun urbain) n’avait plus de frein et avait dû se servir de la voiture qui le précédait pour s’arrêter dans sa course. Il n’y a pas eu de vie perdue…

Plusieurs accidents, avec plus ou moins de gravité le même jour, à se demander si ce jour n’était pas frappé du sceau de la malédiction. A dire vrai, le constat ne peut s’arrêter juste à ce jour-là. En effet, il y a plusieurs mois, des accidents graves et tout aussi mortels se sont aussi produits. Un camion de transport de marchandises a été utilisé pour convoyer les invités à un mariage. Il s’est renversé, le bilan est terrible : une quarantaine de morts, dont les jeunes mariés… Une autre fois, une école avait organisé une sortie pour ses élèves, les chauffeurs des cars de transport ont fait la course sur le retour, il y a eu un problème, un ravin et là encore, plusieurs jeunes vies fauchées…

Chacune des personnes qui étaient au départ de ces excursions, ballades, voyages étaient joyeux (les Malgaches aiment particulièrement ces sorties organisées)… mais elles n’ont jamais atteint leur destination finale!

Au-delà du fatalisme ambiant, ces accidents devraient alerter aussi bien les dirigeants du pays mais aussi et surtout les citoyens, chaque citoyen.

Campagne de prévention routière – 2016

Avant d’évoquer une quelconque intervention divine, occupons nous d’abord d’analyser nos erreurs humaines dans cet accident!

Madagascar a toujours été un pays avec une population ayant une forte spiritualité et de profondes croyances. A la survenance de l’accident à Ankazobe, grand a été mon étonnement de  constater la résignation et le fatalisme d’une grande partie des personnes sur les réseaux sociaux. Plusieurs appels à la prière mais aussi et surtout plusieurs déclarations « se contentant » de conclure que c’était le Destin et que Dieu donnant la Vie, il pouvait aussi la reprendre à tout moment, selon ses propres desseins. Loin de moi l’idée de questionner la croyance des uns et des autres et sans connaître la volonté divine (qui peut se targuer de la connaître au final?) je me demande si le respect des normes de sécurité « élémentaires » et une prise de responsabilité plus « aiguë » n’auraient pas permis, non pas d’éviter l’accident (si c’était vraiment le destin de ces personnes d’avoir un accident?) au moins d’en limiter les dégâts. En effet, l’intervention télévisuelle d’une des personnes ayant organisé le voyage amène à penser que la probabilité que l’accident se produise était quand même assez haute, destin ou pas. Sans revenir en détails sur cette intervention, quelques éléments que l’on pouvait en tirer laissent pantois. Le jour du départ, le car aurait déjà été admis au garage pour faire « quelques réparations ». Dans le car, il y aurait eu autant les passagers (le double du nombre limite de passagers admis pour le véhicule selon le Ministère des transports par la suite) que leurs bagages pour un séjour de 10 jours. Le chauffeur n’aurait pas vraiment l’habitude de conduire le véhicule qui aurait eu quelques soucis au niveau du frein et les pneus auraient été sous-gonflés…autant d’éléments qui auraient dû alerter aussi bien les organisateurs que les passagers. On peut arguer du fait que le propriétaire du véhicule l’avait donné à disposition par charité chrétienne ou qu’il était difficile pour le groupe d’affréter des moyens de transport plus adaptés, mais après coup, la bonne volonté et le manque de moyens sont ils réellement dissociables de l’eixgence de sécurité?

Une meilleure préparation logistique, un contrôle technique strict de l’état du car, une prise de responsabilité des organisateurs auraient pu, dans une certaine mesure, nous éviter cette tragédie.

Au lieu de trouver des solutions temporaires après chaque accident les dirigeants ne devraient ils pas opter pour la prévention?

Bien entendu, année électorale 2018 oblige, plusieurs dirigeants ont « accouru » au  chevet des victimes. La mine grave, les costumes sombres de circonstance, ils sont allés, avec les photographes et les médias, sur les lieux de l’accident puis à l’hôpital vers lequel ont été évacués les blessés. Ils ont demandé à ce que des enquêtes soient ouvertes, que des prises en charge soient faites

Les larmes de crocodile, les grands gestes et les discours ils peuvent faire. Mais, ils ne peuvent pas prendre la décision stricte d’interdire l’importation de véhicules dont les dimensions ne conviennent manifestement pas aux infrastructures routières malgaches existantes. Ils ne peuvent pas mettre en place un système de contrôle technique qui assure que les véhicules qui circulent sont réellement aptes parce qu’ils ont réussi à passer le test et non parce que les dessous de table ont fermé les yeux du contrôleur qui a validé le contrôle. Ils ne peuvent pas mettre en place un vrai projet pour élargir, améliorer ces routes qui auraient près d’un siècle d’existence. Ils ne peuvent pas, dans un mouvement de fierté nationale, créer des infrastructures qui soient distinctes de celles mises en place du temps de la colonisation. Ils doivent juste se contenter de réparer l’existant, au gré des financements extérieurs… nos routes nationales ont des ponts Bailey, ponts qui selon les ingénieurs n’ont normalement qu’une vocation provisoire!!!).

La liste de ce que les dirigeants peuvent faire pour préserver la vie des usagers des transports publics, c’est à dire les citoyens, est longue, mais sont ils seulement à l’écoute?

Usager, voyageur, chauffeur, il faut prendre une part de responsabilité pour éviter les accidents!

Je me souviens d’une excursion qu’on avait eu à la fin de l’année scolaire quand j’étais au lycée. Au moment de repartir, un de nos camarades de classe, Tafika, avait refusé de monter dans le car, il avait mis en cause l’état d’ébriété du chauffeur du car dans lequel il devait monter. Tout le monde voulait rentrer et lui disait de ne pas en faire tout un plat. Mais il a résisté et vaillamment (lors de nos rencontres plusieurs années après tout le monde se souvient encore de ce qu’il a fait ce jour là!). Parce qu’il en a fait toute une scène, une de nos professeurs responsables, Mme Florence, a effectivement cherché à vérifier l’état réel de ceux qui devaient se charger de nous faire revenir à la maison.

Avant chaque voyage ou pique-nique qu’on fait, mon père, Mr le Cascadeur, consacre toujours ses préparatifs à la voiture, nous on est là pour les bagages, les victuailles etc., lui toujours s’affairait à propos de la voiture… je dois avouer qu’à l’époque je ne comprenais pas vraiment ce qu’il avait à se préoccuper de ce que je pensais comme relevant du détail…

Il nous faudrait plus de Tafika, plus de Mme Florence, plus de Mr le Cascadeur pour chaque voyage, chaque sortie organisée…

Et plus généralement, les citoyens devraient œuvrer, chacun à son niveau pour que les risques d’accident s’amenuisent… Respecter les normes (les vazaha ne sont pas fous, si leurs ingénieurs ont calculé qu’une voiture ne doit pas peser plus de x tonnes en transportant x personnes avec x bagages, c’est qu’il y a une raison), suivre le Code de la route (c’est respecter aussi la loi), passer réellement le permis (…), entretenir les véhicules (et pas seulement quand ils sont en mauvais état), exiger des visites techniques propres, ne pas céder à la tentation de la corruption…

Et quand les accidents surviennent, malgré la douleur, malgré le fatalisme, le fait de demander l’établissement de toutes les responsabilités devant la justice pourrait aussi constituer un signal fort, une résistance contre le fatalisme ambiant et l’insouciance de ceux qui ont nos vies entre leurs mains…

C’est de cet accès à la justice dont on va parler dans notre prochain article! 😉 (restez connectés!)

The following two tabs change content below.
Ianjatiana
De Madagascar, d'ici et d'ailleurs. La lecture et l'écriture me passionnent, tout autant que la photographie et le cinéma. Je suis une éternelle curieuse. Je cherche mon chemin et il me semble avoir vécu plusieurs vies dans une seule.

4 réflexions au sujet de « Accidents, destin et Vie à Madagascar »

  1. deckaps dit :

    « Et plus généralement, les citoyens devraient œuvrer, chacun à son niveau pour que les risques d’accident s’amenuisent » … c’est là tout le problème de Madagascar, plus que les problèmes qu’on croit venir d’en haut.

    Ce drame en est la preuve. Le jour du drame, tout internet criait à l’unisson « il faut que l’état prenne des mesures… » Quelques jours plus tard une note était partagé sur le groupe « fifamoivoizana eto madagasikara » … J’était ahuri par la réaction des membres. Quasiment tous ont fusillé ce texte. Pourtant c’était le texte qui manquait et que tout le monde attendait.

    – Les véhicules qui pouvaient circuler en tant que voiture de location pour les trajets de plus de 40 km devaient avoir une autorisation délivrée par l’ATT, contrôlé par la DGSR, ne doit pas être affecté aux service de transport public. Doit avoir une carte d’immatriculation fiscale et statistique valide. Doit payer un forfait de 300 ar par chaise.

    Mais tous pointaient du doigt le fait que cela n’était pas avantageux pour ceux qui faisaient des locations occasionnelles et/ou spontanées (déjà, location occasionnelles cela veut dire que le propriétaire n’est même pas habilité à louer sa voiture. Et location spontanée … cela veux dire que la voiture n’est même pas préparée au voyage). Et ils avançaient l’argument usée du « c’est encore une idée de l’état pour s’en mettre pleins les poches ». à 300 ar la place … 30 000 ar pour une voiture 10 places … à 150 000 ar/jour le prix de la location … et ils ne sont pas prêts à faire cet effort?

    Les malgaches veulent que ça change mais ils ne veulent pas que eux ils changent. Ils veulent que ça soit en règle mais ils ne veulent pas que eux soient en règle. Les malgaches sont trop paresseux pour faire avancer le pays. Et quand le pays n’avance pas … ils disent que c’est la faute aux dirigeants. Les dirigeants ont une grande part de responsabilité mais les gens doivent aussi être conscient que c’est à eux de changer.

    Moi je suis persuadé que peu importe le nom qu’on va inscrire dans la case « président de la république », rien ne va changer car les malgaches ne vont jamais changer. Mais, lueur d’espoir, inversement cela veut dire que peut importe le nom qu’on va inscrire dans la case « président de la république » … si les malgaches savent ce qu’il faut faire, le pays avancera.

    En attente de cette prise de conscience des citoyens malgaches (pas des dirigeants. On s’en fout des dirigeants. C’est à nous de changer, le reste suivra)

    • Je plussoie! C’est pour cela que je n’ai plus trop insister sur la part de responsabilité des dirigeants…il faut que chaque citoyenne prenne conscience que c’est à lui de faire quelque chose et qu’il ne faut plus trop attendre de « ceux qui sont en haut »!

  2. Anonyme dit :

    Dans un autre contexte, je suis allee accompagner ma soeur pour accoucher à Befelatanana. On avait comme consigne de rester derriere la porte et d apporter ce que la sage femme voulait. Un linge blanc signifiait que le bebe etait mort et tous les vetements voulait dire qu il etait bien portant. Tout le monde a separe le trousseau selon ses instructions. J ai pas du tout compris pourquoi accepter sans jamais broncher. Je pense que les malgaches acceptent tout trop facilement
    et ne font rien pour changer les choses…triste situation…

    • hey oui! les erreurs médicales et les négligences du personnel médical constituent aussi tout un autre pan dont il faudra parler :/ je ne sais plus si c’est du fatalisme ou si c’est un moyen de ne pas avoir à affronter la vérité, la vie…de ne pas froisser les autres, parce que « on ne sait jamais on aura peut être encore besoin d’eux une prochaine fois »… j’essaie de comprendre cet attentisme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.